Les lecteurs en parlent

La dame d’Albi

Je me suis régalé,une histoire et une intrigue passionnante avec des personnages qu’on ne perd pas en cours de route , faciles à suivre.Le style est agréable a lire avec un vocabulaire moderne.
Je vais vite plonger de quelques siècles pour plonger dans votre deuxième livre.

Angelini

Un bon bouquin

livre qui se lit facilement avec une excellente connaissance des mœurs romaines et des usages de la Rome antique

Client Amazon

Intrigue politique dans la Rome antique

Un livre très intéressant. L’auteur connaît bien la Rome antique et en fait une description juste et sans complaisance. Sa description repose sur des connaissances historiques solides.L’intrigue est de bon niveau et plausible. Les personnages sont crédibles et attachants.
Pour moi ce livre est du même niveau que ceux de Steven Saylor ou Cristina Rodriguez. Un avantage supplémentaire pour le lecteur: le prix de vente extrêmement raisonnable du livre.
Mais ce n’est pas l’argument principal. Ce livre mérite d’être lu par les amateurs de policiers historiques car c’est tout simplement un bon livre.

Kemet

Bravos

grâce aux livres de monsieur Bontoux, j’ai retrouvé le goût et l’envie de lire, merci pour vos magnifique histoires bravos

Client d'Amazon

Très belle histoire

un livre une histoire magnifique ,jamais le moindre ennuis ,on a toujours envie de connaître la suite bravos j’ai adoré.

Client d'Amazon

très bon livre

Un ami m’avait recommandé ce roman historique. Malgré mes réticences, j’ai commencé à le lire et dès les premières pages, j’ai été prise par le sujet. Je n’ai lâché la lecture que fort tard dans la nuit.
Lecture reprise très rapidement le lendemain !
En résumé, très bon livre, bien documenté. .
Je le recommande !

Marie

A lire absolument

 Je me suis absolument régalée. une immersion complète au moyen âge. A lire par tous les amateur de romain historique.
Client d'Amazon

Lecture en deux fois

Quand j’ai commencé ce livre, le narrateur nous explique que Jeanne d’Arc est un canular, qu’il s’agit en fait de Jeanne de Bourbon et qu’au final une autre sera brûlée. Ce scénario visait à redonner à Charles VII la couronne.
Cette assertion en désaccord avec la version des historiens m’a agacée.
De même, le vocabulaire est trop moderne et en devient anachronique. Zigouiller c’est d’époque ?
J’ai fermé le livre, et n’y suis revenue que quelques semaines plus tard.

La guerre de 100 ans est finie, et les armées dissoutes sont rentrées chez elles en partie. Le reste s’est constitué en bandes armées redoutées : les routiers et écorcheurs qui terrorisent les populations.
Charles VII et son fils Louis, le Dauphin sont en guerre. Ce dernier désire asseoir sa puissance sur Albi.
C’est au moyen de ces hommes aguerris que les partisans de Louis mettent au point leur stratégie, sans état d’âme…
C’est toute cette stratégie et sa mise en application que nous suivons.
Les hommes sont pratiquement les seuls protagonistes de ce livre.
la Dame d’Albi n’apparait qu’au chapitre 15, et encore dans un rôle très secondaire. Elle laisse vite place aux soldats et aux batailles. En revanche on comprend que c’est elle la narratrice.
Elle n’a un vrai rôle qu’au chapitre 40 (le livre en contient 45). Elle se fait donc attendre cette dame d’Albi

Réggai